Durée du podcast : 0:04:51

©

Les coups de coeurs/griffes de Gauthier LE BRET sur les sorties et événements culturels du moment : musique, cinéma, expos, spectacles…

Après une éloquente diatribe sur la dangerosité du Front National, Gauthier vous invite à demander le programme.

Cette semaine c’est une spéciale cinéma ! Le Pont des Espions est le dernier film de Steven Spielberg. L’action se situe en pleine guerre et retrace la défense de l’espion russe Rudolf Abel (Mark Rylance) par l’avocat James Donovan (Tom Hanks). Spielberg signe un portrait sans concessions d’une Amérique à la fois paranoïaque et hypocrite. Cependant il ne peut s’empêcher de terminé sur une touche de positivisme, dévitalisant par la même occasion une partie de son propos. Notre chroniqueur souligne, tout particulièrement, l’interprétation admirable de Mark Rylance. Qui par ailleurs fait d’ors et déjà partie du prochain film de Steven Spielberg : « Le bon gros géant ».

Mia Madre de Nanni Moretti traite d’un sujet universel : celle de la perte d’une mère. Pour Gauthier ce film est par sa force et par son émotion proche du dernier chef d’oeuvre de Michael Haneke : « Amour ». Notre chroniqueur est ressorti totalement chamboulé de la projection de « Mia Madre » ; ce film est pour lui l’un des meilleurs de cette année 2015.

L’hermine de Christian Vincent est un film sensible qui se fait la chronique d’une histoire d’amour qui n’a pas été assouvie et qui va peut être enfin prendre vie… Fabrice Luchini, récompensé à la Mostra de Venise, est parfait tout en retenu dans la peau de ce juge rigide tout comme sa partenaire danoise Sidse Babett Knudsen. L’hermine est un film qui sonne juste d’un bout à l’autre.

Enfin, la pastille de Gauthier se termine sur « Crazy Amy » de Judd Apatow. Ce dernier long métrage d’Apatow est une comédie outrancière, comme il sait les faire. Cependant après une demie heure de grand délire, le film tel son personnage principale tend à se normaliser. Il ne reste donc plus qu’une simple comédie romantique à la facture somme toute assez classique.

Récemment dans La Pastille de Gauthier