Dans un univers dominé par David Guetta, Tiesto, Marshmello, Shrillex et autres Calvin Harris, il est un DJ russo-allemand qui a la cote.

© Platine DJ (illustration)

Anton Zaslavski est né en 1989 en Russie. Il grandit en Allemagne dans un univers musical : ses deux parents sont musiciens a commencé à jouer au piano et à la guitare dès le plus jeune âge. Il raconte qu’il composait une chanson par jour et la faisait écouter à ses parents à leur retour du travail. Alors que son frère jouait dans un groupe de métal et cherchait un batteur, Anton l’a supplié de le laisser jouer de la batterie. C’est ainsi qu’il s’éloignera pour un temps de sa formation classique pour devenir joueur de batterie dans un groupe de métal. Il fait ses débuts sur la scène musicale en 2002, avec le groupe allemand Dioramic, qui définit sa musique comme du « Art-Core », qualificatif qui puise son origine dans le « Art-Rock » des années 1970. Ils sortent d’abord deux EPs en 2005 et 2008 et en 2010, un album nommé Technicolor.

C’est le groupe français Justice qui va éveiller son intérêt pour la musique électronique, un univers qui lui était complètement étranger. Lorsqu’il a découvert l’un des albums de Justice, il a d’emblée été intrigué. Il raconte qu’il a voulu s’essayer à composer de ce genre de musique. Il ne fréquentait pas les boîtes où l’on jouait de la musique électro et n’avait aucune idée de ce que était bon ou de ce qui pouvait marcher. Il s’est mis au travail et a demandé l’avis de ses amis fans d’électro. Ils ont adoré et la carrière de Zedd allait prendre un nouveau tournant.

Mingle Media TV, CC BY 2.0

Aujourd’hui, DJ Zedd est l’un des DJ les plus populaires (et les mieux payés) de sa génération. Il a collaboré avec de nombreux artistes : Selena Gomez, Foxes, Alessia Cara, Ariana Grande, Lady Gaga ou Justin Bieber. Ce sont ses remix de morceaux tendances qui l’ont propulsés sur la scène internationale et en tête des Charts : « Born this Way » de Lady Gaga, « The Time (Dirty Bit) » des Black Eyed Peas ou encore son remix électro-house d’un morceau de Diddy (Album Last Train to Paris, 2010) « Ass On The Floor ». « Break Free » est le fruit de sa collaboration avec Arianna Grande, « Stay » avec de celle avec Alessia Cara ou « Clarity » et c’est avec Clarity (featuring Foxes), qu’il remportera un Grammy Award en 2014.

DJ Zedd ne se considère pas comme un DJ : selon lui ses concerts vont au-delà de la performance musicale, ils offrent une expérience unique à son public. Il aime la liberté de changer un morceau à la dernière minute et assure que c’est cette part d’improvisation qui fait la différence. Même si le spectacle est préprogrammé (« ready to play »), il se réserve une grande flexibilité. Ses performances sont donc de véritables sons et lumières modernes qui procurent une expérience sonore et visuelle : lasers, effets spéciaux, images projetées sur des écrans…

Hors des plateaux, Zedd joue aux jeux vidéo et au poker. Il organise des soirées de Texas Hold’em dans sa villa de Los Angeles où ne sont autorisés ni l’alcool ni cigares. En revanche, les Rice Krispies Treats sont les bienvenues ! Les Rice Krispies Treats sont des barres de céréales à base de riz soufflé et de « Fluff », (pâte à chamallow), barres très populaires des lunch bagsdes mômes aux États-Unis. Zedd a fait ses débuts aux championnats de Barcelone en août dernier, des championnats organisés par PokerStars, où il remporta 52 000 dollars contre Gérard Pique !

Ses talents de musicien classique l’ont amené à ajouter une corde à son arc musical : il a été choisi pour composer la bande son de la série documentaire événement (en 10 épisodes) du National Geographic, « One Strange Rock », une série réalisée par Darren Aronofsky. Aronofsky est, entre autres, le réalisateur de « Requiem for a Dream », de « Black Swan » (en français) et plus récemment, d’un film sur la destruction de notre environnement, « Mother! ». « One Strange Rock » est un documentaire, présenté par Will Smith qui raconte l’histoire de la terre selon une perspective unique : celle de huit astronautes. L’idée derrière ce documentaire est de faire de la Terre un sujet d’étude en adoptant une perspective différente, celle de huit astronautes à qui le réalisateur a confié la narration de cette histoire en 10 parties.

Pour la bande son, DJ Zedd s’est remis au piano. Sa mélodie traduit les émotions que l’on ressent en écoutant l’histoire de notre planète, une symphonie qui va crescendo et qui est rythmée par le tictac d’une horloge. L’horloge est présente dans la plupart des morceaux de l’artiste depuis quelques années : symbole du temps universel, le tic-tac remplace d’autres percussions parce qu’ajoute-t-il « la vie, c’est le temps qui passe ».

Pianiste, batteur de métal, compositeur de bande originale, ce DJ atypique n’a sans doute pas fini de nous surprendre. Il a récemment ouvert les portes de sa villa du Benedict Canyon près de Los Angeles à Architectural Digest. Il leur a réservé une visite guidée et commentée de sa villa de 16 millions de dollars surplombant le canyon. On découvre son dressing à chaussures (des baskets!), sa « galerie d’art », son distributeur de Skittles (Skittles Machine). On y apprend dans cette vidéo que la maison a été construite autour d’un arbre, lequel ne se porte pas très bien, aussi Zedd a déjà envisagé de le remplacer par un arbre artificiel !

Pour la suite de sa carrière, il souhaite faire de la musique de film. En tous cas, moi quand je vois sa villa, ça me donne envie de me mettre à la musique électronique !

À consulter également