Première adaptation d'un anti-héros de l'univers Marvel au cinéma, Venom tente de lancé un l'univers de Sony centré sur la licence Spiderman. Véritable succès au box office, le film divise cependant les avis des critiques et des spectateurs.

Pour sa deuxième semaine dans les salles françaises, Venom s’approche du demi-milliard de dollars amassés au box-office mondial.

Un succès qui divise les critiques et les spectateurs qui y voient pour certains, un des pires films de super-héros/super-vilains. Les bandes-annonces du film de Ruben Fleischer avaient réussi à créer une véritable attente pour l’adaptation de l’ennemi mortel de Spiderman. Interprété par Tom Hardy, Venom était enfin l’occasion d’avoir un film tiré de l’univers Marvel plus sombre et plus adulte que le désormais culte MCU (Marvel Cinematic Universe), regroupant les différents films Marvel sortis ces 15 dernières années.

Cependant, une fois en salle, le film a déçu plus d’un fan par sa prise de position. On y retrouve un Eddy Brock qui a déménagé à Los Angeles pour exercer son métier de journaliste. Après avoir perdu son travail et sa fiancée, il se retrouve lié à un extraterrestre, Venom, qui va prendre le contrôle de son corps.

De là, beaucoup s’attendaient à un show sanglant, qui casserait énormément avec les films de super-héros habituels. Force est de constater que ce n’est absolument pas le sujet du film. Les scénaristes se sont inspirés de la mini série « Venom – Lethal Protector » afin de confectionner la trame de l’histoire. Dans ces comics, Venom devient un super-héros qui tente de réparer ses mauvaises actions en aidant son prochain.

 

Pourquoi un tel carnage ?

Si les nombreuses critiques sur internet et parmi la presse peuvent paraître très dures, l’explication vient certainement de l’attente qui a pu grandir avec la sortie des premières bandes-annonces.

Les spectateurs se préparaient à voir un divertissement sanglant et sombre, basé sur le concept « Le monde a déjà trop de super-héros ». Ils ont cependant pu assister à un show très classique qui reprend à la perfection les codes des films de super-héros.

Ce parti pris peut être expliqué par la direction de Sony, qui semble vouloir créer un univers étendu centré sur le personnage de Spiderman tout en ne sachant pas réellement vers où s’orienter. Ce manque de vision entraînera surement un deuxième reboot de Spiderman afin de l’incorporer dans le nouvel univers que Sony tente de mettre en place.

 

Quel avenir pour Venom ?

Si le premier chapitre de cette saga divise, nul doute que les chiffres de sortie ont assuré la création du deuxième opus de la trilogie. Ce nouveau film sera selon toute vraisemblance centré sur Carnage, le fils de Venom. Bien que ce personnage possède beaucoup de points communs avec son père, ce qui le caractérise le plus est son penchant pour la violence.

Difficile donc d’imaginer un film basé sur Carnage destiné au tout-public. Venom servira alors, peut-être, d’entrée en matière vers un univers bien plus sombre, mais qui se dévoilera progressivement pour habituer le spectateur à cette nouvelle vision des personnages Marvel.

 

Si vous voulez en savoir plus sur Venom, j’ai réalisé une petite vidéo ici :

En attendant vous pouvez retrouver Venom dans votre salle de cinéma habituelle depuis le 10 octobre !

À consulter également